Mais cela n'est pas si simple, quand vous voulez faire un logiciel de dessin, il faut définir les outils dont vous avez besoin.

Et de les rendre actifs alternativement les uns après les autres pour qu'ils puissent définir ce que vous voulez représenter : des lignes, des rectangles ou des cercles.

Et cela ne suffit apparemment pas non plus car si vous stockez bien des informations encore faut-il les rendre et dans le cas d'un logiciel de dessin, les afficher sur un écran.

Alors, pour cela définir des collections de stockages, d'enregistrements, des données, des suites de vecteurs par exemple, et d'adapter ces ensembles aux fonctions de tracé que vous donne l'interface de programmation graphique (celle de windowsTM se nomme GDI).

Pour cela, j'ai adapté mon logiciel avec l'interface la plus répandue sur le marché et de faire en sorte qu'il soit compatible avec ce système mais vous allez me demander pourquoi, tout simplement parce que j'avais à ma disposition une documentation de ce système et qu'il était alors disponible pour un prix modique.

Encore faut-il respecter les règles de programmation et de bien connaître la syntaxe de ce vocabulaire. Je vous ai parlé de la fonction SetPixel mais une autre se nomme Polygone, et permet de dessiner des ensembles en lui passant comme paramètre un tableau de point et aussi le nombre de point qui le compose évidemment.

Sachant cela, un outil de dessin comme Denis-Draw enregistre des tableaux successifs et les parcours pour les dessiner les uns sur les autres. D'où l'idée de les placer par dessous ou par dessus.

En fait Denis-Draw, définit plusieurs tableaux, le premier serait celui des calques, bien qu'il fût ajouté par la suite, en second lieu, une collection d'object polymorphe qui contient si ce sont des dessins, des suites d'éléments géométriques pour définir des chemins de dessin, ceux-ci sont utilisé ensuite pour définir des tableaux de dessins. Par exemple un centre et un point du rayon pour définir un cercle. Et tout autant que celui-ci est décrit mathématiquement, tout autant sa représentation vectorielle est nécessaire pour se dessiner. Comme je l'ai montré à Marc, la définition de la fonction de dessin des polygones demande des paramètres : un tableau de point, puis un nombre de point, il suffit de les stocker puis de les mémoriser et enfin de les appeler avec ces tableaux.

Et puis il suffit de parcourir ces tableaux pour les dessiner ou d'utiliser des outils pour les renseigner, Je viens d'ajouter une fonction pour faire en sorte que ces éléments de dessin soient ajoutés selon une épaisseur qui augmente : ce qui est facile à partir du fait où les cooordonnées de ce tableau sont décrite.

Imaginer que vous voulez dessiner un cercle, alors il suffit d'appeler cette foncion comme en Basic ou avec le GDI de WindowsTM, mais Denis-Draw n'utilise pas cette fonction, il parcourt des éléments pour, selon les circonstances, remplir un tableau de coordonnées avec la géométrie voulue.

Idem pour les courbes spline, sa description remplit un tableau puis la fonction polyline est appelée avec ce tableau mais dans quel but, me direz-vous ? tout simplement pour obtenir des coordonnés et de pouvoir les envoyer vers un traceur par exemple. En fait si vous dessinez une courbe une approximation segmentée de celle ci est mémorisée.

Et comme la fonction relief n'existe pas vraiment dans WindowsTM, ni les ombres ou d'autres effets, j'avais prévus d'utiliser ces tableaux pour apporter ces fonctions supplémentaires, l'exemple ci-dessous pour vous convaincre.

Des instructions et des signaux



(c) BeeLog écrit par Denis Beelog