Découvrir le fonctionnement d’un ordinateur est une «chose» qui m’émerveillait et que j’ai eu à coeur de découvrir à travers des ouvrages de qualité dès les années 1980. En fait, je me sui abondamment documenté pour le savoir et même, si quelque fois, cela me faisait rire , alors qu’il me semblait facile de connaître ce monde. Tout est perçu différemment pour mes congénères, tout ce vocabulaire “magique” est encore inconnu, semble t-il, du “grand public” les registres, les accumulateurs, la mémoire et les bus de communication. Certes, il existe des termes identifiables, mais dont les propriétés affectées aux ordinateurs ont été attribuées pour comprendre comment celui-ci fonctionne ? Les associations de mots et d’idées, doivent être bien sûr très clairement définies, il en est de même pour un ordinateur. Que sont ces termes que l’on utilisent sciemment pour ainsi dire et qui sont réappropriés par les informaticiens dont l’arborescence des connaissances également réapproprié comme pour simplifier l’utilisation par des moyens facilement compréhensibles. Le plus étonnant est de comprendre que nos langages sont étranger à la majorité des personnes et parfois, le moindre signe informatique, n’est pas facilement inséré dans une revue de vulgarisation et la particularités de ces signes diffère selon nos préceptes d’écriture ainsi que leur utilisation.

Pour expliquer le fonctionnement d'un ordinateur, le plus simple est de comprendre le fonctionnement d'un micro-processeur. Afin d'assimiler son utilisation; dans un premier temps, les registres mémorisent un certain nombre de mots binaire constitué de plusieurs bits pour former des champs de bits, dans lesquels la somme binaire de chacun d'eux permet de représenter des chiffres et tout simplement en additionnant les puissances successives de deux. Pour mémoriser une information binaire deux transistors (le composant électronique plutôt que l'appareil de réception des ondes radiophoniques qui porte aussi ce nom dans le langage courant) sont nécessaire au maintient d'un état électrique. Un champ de bit est constitué de bits. un bits est une information élémentaire que l'on groupe par huit pour former un octet. un groupe de huit bits, dont la suite qui le compose peut être aussi formée des nombres de 16 de 32 de 64... bits avec toute la puissance de ces multiples. Quand votre ordinateur va lire dans sa mémoire, c'est le champ des adresses qui est positionné sur ce bus et le mot du registre qui est plaqué sur le bus des données. Que ce soit en lecture ou en écriture selon le drapeau Read/Write. Avez vous bien retenu cette exemple et demandez-vous pourquoi l'opérateur logique & (ET) permet aussi de faire des additions mais aussi l'opération OU. Par exemple l'opération 1+1 se traduit logiquement par a ou b = résultat du premier bit sauf si a et b sont également à un et dans ce cas le carry, le bits de retenu du bits suivant est positionné dans le calcul de la colonne de bits suivant qui alors, va s'effectuer avec 3 bits, cela se complique.

Comme l'état électrique est maintenu sous tension avec seulement deux transistors une série de combinaison d'entre eux permet à votre ordinateur de savoir compter. comme ceci tout simplement avec la suite suivante que l'on obtient avec des puissances de deux 20=1. 21=2, 22=4; Puis 8,16,32,64,128 pour les premiers 8 bits. en additionnant ces chiffres un à un tous les entiers sont représentables exemple 1+2=3; 2+4=6 1 =7. Aussi quand vous devez compter comme les enfants vous pouvez aussi peut-être compter comme les ordinateurs avec dix doigts pour vous "figurer" un nombre jusqu'à 1024-1;