Les affiches en mille morceaux

  Ce n'est pas vraiment le cas mais voici comment se nomment les images par points ou les bitmaps (en Anglais) comme si c'était une carte de point.

  Différents formats permettent de stocker ces images dans la mémoire de l'ordinateur ou sur ces disques : ce terme est étrange, mais il est utilisé par les informaticiens pour exprimer la façon dont sont organisés les données en mémoire des images quelles soient jpeg, gif ou bmp mais il en existe bien d'autres qui ont des organisations mémoires différentes et dans la plupart des cas les informations nécessaires à sa desciption sont sa largeur (width) sa hauteur (height) et le nombre d'élements binaires,

  La contraction de «binary elements» qui donne bits et une plage étendue de données, un champ mémoire qui contient les données de l'image proprement dite de la taille définie par cette opération largeur*hauteur*nombre de bit de profondeur de codage des couleurs, il va de soit qu'une image en seize couleurs seulement nécessite moins de mémoire qu'une image avec 256 couleurs, et qu'il faut trois octets pour décrire les trois composants des images 24 bits et tout autant pour des images codée avec des densité plus importante encore.

  La compression de ces images permet d'économiser de la place avec ou sans perte : imaginer une image avec une suite contigue de couleur similaires alors il suffit de répeter ce point avec les mêmes caractériques un certain nombre de fois.

  Une petite différence avec le format gif *1 celui-ci code des couleurs identiques et donc ce format est appelé sans perte. Le jpeg effectue une aproximation et donc économise beaucoup de mémoire mais pert des informations.

Denis-Draw ouvre ces formats différents pour pouvoir les placer librement sur l'écran.

© copyright BeeLog écrit par denis bertin 2009