Je vais vous raconter la vraie histoire de Beelog qui est une société ayant pour but le développemment de logiciel comme vous le savez peut être.

Cette entreprise fondée par son créateur denis Bertin à rencontré alors une école de formation agricole classique - avec pour locuteur Jean Marie - Savale (professeur de droit) et plein d'envies d'ailleurs. Cette entreprise a commencé à exister vraiment quand par "ouie dire" quelques personnes de bon aloi ont remarqué la présence de la disquette dite Vincent sous un blistter de la revue de micro informatique pc-compatible magazine en octobre 1992 puis ces parutions successives en 1993-94-95. C'est alors que des contacts ont eue lieu entre moi (Denis Stéphane Bertin) et quelques relations qui subjuguées par cette réalisation ont alors eu un déclic et se sont demandés comment pouvaient-ils utiliser ma création pour leurs usages - en effet le dessin vectoriel ainsi que le dessin cadastrale sont proches par le fait que celui-ci décrit des figures que tous les mathématiciens connaissent. L'utilisation de la souris comme accéssoire de compréhension digitale était une découverte pour nous et il m'est apparu comme évident de spécialiser ce logiciel pour leurs nécessités, dont j'avais ma maîtrise et aussi d'ajouter comment interfacer ce logiciel avec une table à numériser puis des traceurs. Dont, ils avaient besoin pour créer un dessin du parcellaire avec un outil ils avaient la maîtrise. Ce dont je me suis appliqué à faire avec pour objectif de numériser et de vectoriser ce cadastre dont chaque utilisateur pouvait ainsi découvrir le dessin.

Ce que je me suis empressé de faire pour obtenir un logiciel de conception particulière à la digitalisation de plan. Ce bon Denis exprime ainsi toute le confiance que lui même à voulu entreprendre à cette époque avec eux. Ce que j'ai réalisé pour développer ce logiciel est vraiment une réalisation que j'ai programmée pour mon pays afin de planifier l'utilisation du parcellaire agricole dans un outil qui permet de numériser les plans.

Le logiciel que j'ai conçu à cette époque par moi-même est devenue la base de développement de cette entreprise pour laquelle j'ai écrit Isaplan comme un prototype du dessin vectoriel.

Et de nombreuses personnes ont participé à cette aventure que je tiens à remercier par exemple les agents de maintenance qui avec les nombreux conseils prodigués ont permis de faire comprendre son fonctionnement.

De la sorte je me considère comme le vrai fondateur de cette entreprise ayant entrepris de réaliser ce logiciel, bien sûr. L'extension de son développement et aussi le fait de nombreux programmeurs qui ont spécifié les interfaces des outils logiciel propres à cette activité.

Ce même logiciel a aussi été concurrencé et utilisé par mes amis de Corel du Canada tout du moins il me semble, afin qu'ils puissent aussi se développer et demeure aussi de facto une de mes créations.

Comme Newton l'a expliqué mais aussi de nombreuses personnes, c'est par le jeux, l'expérimentation et les essais que l'on devient constructif.

Ceci est nécessaire à bien des jeunes personnes qui ainsi élevées par les connaissances des personnes plus âgées veulent s'instruire et nous comprendre afin de s'instruire eux-mêmes.

En effet, ayant goutté à bien des plaisirs, on arrive ainsi à savoir ce que l'on aime faire et ce que l'on fait de mieux en est ainsi une preuve de satisfaction bien utile à soi-même.

Ayant ainsi réalisé mon premier logiciel à l'age de seize ans, Paint alors, je peux vous dire ainsi que c'est fructifiant. Ayant ainsi réalisé ce que je voulais créer de prime abord.

Et ayant ainsi fait plaisir à bien des enseignants, c'est ainsi que j'ai réalisé à quel point je pouvais être un concepteur et je remercie mes parents d'avoir voulu le comprendre aussi.

Pour cela il me fallait aussi obtenir les diplômes adéquats comme le baccalauréat : ainsi je me suis orienté vers des études techniques et ainsi j'ai aussi complété ma formation initiale avec des notions approfondies de calcul et d'informatique.
J'avais ainsi comme je l'ai montré à mon ami Guillaume Romain un petit Oric-1. Et puis aussi demandé à un professeur de mathématique Supérieur qui enseignait l'informatique comment accéder à un pixel avec une opération de calcul, qui bien que trop lente avec le basic ou même le LSE, l'ayant constaté. Alors je me suis amusé à lui demander comment le faire en assembleur le langage machine avec un code dit désormais mais déjà en 1981 le code x86 celui fondé par les créateurs des microprocesseurs Intel.

Fait à domicile le soir sur ce petit ordinateur jouet le soir en toute quiétude. Je me suis a cette époque amusé à réaliser ce logiciel exclusivement en langage d'assemblage que j'ai transmis à Michel en 1982 et à d'autre amis à la CAF. Michel, alors aurais spécifié une méthode de tramage des pixels - bien entendu macha peut bien le faire croire aussi aux autres mais je m'efforce de raconter mon histoire avec exactitude et je m'appelle denis Bertin.

Ceci étant bien obligé de suivre le cursus traditionnel, je m'ennuyais au lycée et prenais mes professeurs pour des gents instruits mais ayant lu, les livres ceci il me semblait bien dérisoire et parfois aussi sublime qu'efficace. Je l'écris car si j'ai bien avez compris comment déplacer une même ligne sur un écran avec le mode Xor, c'est un peu grâce à vous.

Il me semblait tout de même vouloir suivre ces cours avec attention, en effet mes connaissances était ainsi vérifiées. Je pouvais ainsi poursuivre mes études personnelles (notamment en informatique) en plus de celles qui était instruites dans les cours de dessin de mathématiques, de mécanique constructiviste, de mécanique générale et son application au calcul par opposition à la fabrication en elle même, ces méthodes permettent ainsi d'apprendre comment concevoir des éléments entre-eux avec ceci, et ces cours il me semblait de plus en plus évident de savoir ce que je voulais faire par la suite. Et c'était ainsi que j'ai obtenu un autre diplôme.

L'objectif que je m'étais fixé ainsi était ainsi une épreuve bien difficile à comprendre mais je me suis efforcé de le faire pour le mieux du monde.

D'ailleurs, porteuse d'espoir les années 1960 puis 1980 nous ont bercé d'illusions bien précoces, ainsi les créateurs du voyage universel nous ont permit de découvrir la lune et aussi de créer des films imaginaires fantastiques alors que des petits messieurs ont diffusé des images bien inapproprié pendant la dernière séance du rock. Car nos amis de l'espace ont bien eux aussi révées à tous ces mondes imaginaires et je remercie les créateurs de la série Star-Treck mais aussi d'autres comme Cosmos 1999 ou Star-War.


Écrit par Denis Stéphane Bertin