La véritable histoire

   Le logiciel Denis Draw, dont la programmation a commencé dans les années 1990, initié par son auteur qui l’a conçu, du premier module jusqu’à cette version. Celui-ci est composé de plus de 400 000 lignes de codification informatique et les différentes versions ont été créées comme le logiciel « Impact » sous Dos avec Turbo-Pascal 7, puis avec le nom de ce logiciel que j’ai appelé « VINCENT » et celui-ci était compilé avec Turbo Pascal pour Windows dans la version 1 et 1.5.
Ces versions 1. et 1.5 furent distribuées avec PC-Compatible Magazine sur une disquette de trois pouces ½ ; le format de l’époque en Octobre 1992.

Puis d’autres évolutions de mon logiciel furent distribuées régulièrement dans ce magazine.

A la suite de quoi, nous avons reçu des commandes de clients qui voulaient l’acheter, dès le mois de décembre 1990, au nombre de 200 clients.

Puis, nous avons été contactés par deux personnes pour réaliser un outil de dessin cadastral afin de numériser ce cadastre et ils nous ont fourni un cahier des charges fort primitif, mais notre intention à Christophe et moi-même était d’abord d’écrire pour eux un logiciel spécifique dont le développement serait commencé de zéro.

Puis, pour le salon du SIMA, nous leur avons présenté une maquette fonctionnelle.

J’ai conservé ce document, le cahier des charges fourni par la Société ISAGRI. Très rapidement nous avons pu fournir un applicatif fonctionnel qu’ils ont pu utiliser et vendre à leurs clients.

L’objet de l’entreprise ISAGRI consiste à créer, développer des logiciels pour les exploitations rurales.

Je me dois de préciser que cette première version d’Isaplan fut le premier programme de leur gamme de logiciels qui étaient programmés avec WindowsTM.

Je suis le développeur principal des versions 1. et 1,5 et 2 du logiciel Isaplan, de numérisation du cadastre, mais suite à la demande particulière, différentes améliorations étaient devenues nécessaires, comme celle d’importer des fichiers D x F afin d’obtenir les vecteurs qui composent un plan une fois vectorisés à partir d’un scanner numérique capable d’avaler des plans dont le papier avait le format A 0 et avec Marel Guillaume, j’ai aussi écrit un module qui reconnaissait les polygones qui décrivaient les parcelles et pouvait les reconstituer. Mais aussi, d’interfacer le logiciel Isaplan qui pouvait écrire sur des tables traçantes au format HP-GL et encore entrer des coordonnées des plans à partir de plusieurs tables à numériser.

Une autre amélioration notable fut d’ajouter une base de données à associer au plan dans lequel chaque parcelle pouvait se voir affecter des variables, elles-mêmes groupées sous forme de fiches et d’un dictionnaire.

Les calques étaient ainsi attribués à des fiches contenant des données numériques, alpha-numériques ou bien du type de date. Cette gestion de base de données de la version 5 n’utilisait aucun moteur SGBD, de ce fait, j’ai dû créer chacun de ses composants pour les intégrer à la gestion du plan, dans lequel on pouvait associer des noms en parcellaire ainsi que les semences et les produits récoltés.
Ceci en mémoire vive.

Auteur denis bertin
compositeur de logiciel graphique.