Des liaisons particulières.

Les informaticiens du début étaient bien sur connectés sur des terminaux, un exemple de protocole de ceux-ci les liaisons RS-232 des ports de communications en série incorporés dans les compteurs Linky l'espion, mais aussi ce standard du minitel des années 1980.

Nous pouvons alors différencier un port parrallèles d'un port série, dans un cas les informations quand elles sont transmises, sont d'une part envoyées consécutivement les unes après les autres. dans l'autre cas les informations sont transmises simultanément sur chaque broche de ce port.

Un port USB est bien sûr lui aussi un port série car il n'y a que quatre broches comme vous pouvez l'observer. Les bus Sata aussi. Mais les connecteurs des cartes d'extensions, elles sont constituées de liaisons parrallèles ce qui permet d'adresser un bus de données de 64 bits par exemple qui sont transmisses simultanéments.

Les voitures elles sont équipées d'un circuit électrique en série où une boucle dessert chaque ampoule, plutôt que d'avoir un fil différent par ampoule, l'électronique comme sur les trains miniatures est transmisse avec un signal d'identification de chaque ampoule et ce signal s'ajoute sur les lignes porteuses de courant qui est reconnu par chacun de ces systèmes.

Comme vous l'avez remarqué, chacune de ces liaisons sont conçues, pour être utilisées avec des connecteurs différents et ce que l'on appelle des détrompeurs de façon à différencier l'usage de ceux ci et éviter qu'ils soient intervertis, ils sont bien sûr différents et l'utilisation de ceux-ci comme les connecteurs audio les "prises Jack" ont une fonction elles aussi particulière.

Autre exemple d'interface sérialisée, la norme Midi des séquenceurs de musique, les prises CPL, les connecteurs Rj-45 que l'on branche en parrallèles.

Source d'information, les « puces micro » à propos des équipements électriques des compteurs Linky.

© BeeLog